Améliorer les conditions d’habitation des peuples autochtones - Société d'habitation du Québec

{$cte.titreBandeau}

Fil d'ariane

Améliorer les conditions d’habitation des peuples autochtones

Depuis plusieurs années, le manque de logements adéquats et le surpeuplement causent de nombreux problèmes de santé chez les peuples autochtones, exacerbent les troubles sociaux et contribuent à une usure prématurée des logements. Heureusement, plusieurs organismes, dont la Société d’habitation du Québec (SHQ), multiplient les projets et les efforts pour améliorer les conditions de vie des Autochtones.

Des actions concrètes au Nunavik

Au Nunavik, l’immensité du territoire contraste avec le manque de logements. Grand comme la France, ce territoire est occupé par plus de 12 000 Inuits répartis dans 14 villages.

Depuis 1999, 1 552 logements sociaux y ont été construits, ce qui portait à 3 024 le total de logements sociaux disponibles en date du 31 décembre 2015. Cependant, pour répondre aux besoins des Inuits, dont la population a crû près de deux fois plus rapidement que celle du reste du Québec entre 2001 et 2011, on estime qu’il faudrait construire encore au moins 1 000 logements.

C’est pourquoi la SHQ continue de concevoir et de mettre en œuvre des projets importants en matière de logement au Nunavik.

Constructions neuves

Le Plan Nord 2011-2016 annonçait la construction de 300 logements sociaux au Nunavik.

De plus, la SHQ a mis en place, en 2012, le Programme favorisant l’accession à la propriété et la rénovation résidentielle dans la région Kativik. En plus d’une aide substantielle pour l’achat d’une unité résidentielle, ce programme prévoit une aide financière pour le paiement des taxes municipales et de la prime d’assurance habitation. Un catalogue d’habitations préapprouvées et adaptées aux conditions nordiques est également disponible depuis 2013. Celui-ci permet aux ménages inuits désireux d’accéder à la propriété résidentielle de faire un choix judicieux.

Dans le cadre de la version 2015-2020 de l’entente du Plan Nord, la SHQ s’est engagée à réviser ce programme afin que celui-ci réponde encore davantage aux besoins de la population. Elle s’est aussi engagée à construire 70 nouveaux logements sociaux, dont 10 logements destinés à des personnes âgées.

Enfin, depuis 2000, l’Entente concernant la mise en œuvre de la Convention de la Baie James et du Nord québécois en matière de logement au Nunavik a permis la construction de 832 logements.

Prototype d’habitation nordique

Un projet de prototype d’habitation nordique, mis sur pied il y a quelques années par la SHQ, la Société Makivik, l’Office municipal d’habitation Kativik (OMHK) et leurs partenaires, a vu le jour en 2015 dans le village de Quaqtaq. Depuis le mois de janvier 2016, le jumelé de deux chambres à coucher est habité par deux familles inuites. Ces deux logements sont sous la gestion de l’OMHK au même titre que tous les logements sociaux du Nunavik.

Ce prototype offre une occasion de tester des paramètres jusqu’ici rarement utilisés dans la construction résidentielle au Nunavik, tels que :

  • les fondations sur pieux;
  • le vitrage triple;
  • une composition de l’enveloppe thermique à haute performance;
  • et un nouveau système de chauffage de l’air.

Le prototype offre également des espaces de rangement additionnels, un aménagement de cuisine flexible pour la préparation de mets traditionnels, un porche froid et un porche chaud ainsi qu’un petit balcon adjacent au salon. Des outils de mesurage intégrés à l’enveloppe et au système de ventilation permettront un suivi des performances énergétiques de ces deux logements. D’ici un an ou deux, il sera possible d’évaluer le rendement énergétique du bâtiment à travers les saisons.

Rénovation et sensibilisation à l’entretien

Il faut aussi veiller au maintien en bon état des logements sociaux existants. Pour ce faire, la SHQ prévoit investir dans le remplacement, l’amélioration et la modernisation des logements sociaux. Au Nunavik, ces travaux sont supervisés par l’OMHK.

De 2008 à 2014, plus de 300 M$ ont été investis pour rénover le parc de logement sociaux au Nunavik. En 2015, c’est un montant de 26 M$ qui a été investi, tandis qu’un budget de 26,4 M$ a été octroyé pour 2016.

Un plan de formation et de sensibilisation à l’entretien des logements a aussi vu le jour au Nunavik : le plan Pivallianiq. Non seulement permet-il aux ménages demeurant dans un logement social d’apprendre à entretenir un logis, mais il favorise chez eux l’émergence d’un sentiment de fierté et de responsabilité à l’égard de leur logement. Ce plan devrait ainsi contribuer à la diminution des coûts reliés à l’entretien des logements, à leur maintien en bon état, à la qualité de vie des locataires et à l’assainissement de leur milieu de vie. Quelque 650 ménages ont jusqu’à maintenant été certifiés « Pivallianiq », alors que plus de 950 familles participent à l'Escouade de l'entretien.

Du soutien pour les Autochtones hors réserve

Les Autochtones hors réserve bénéficient également des investissements faits par la SHQ pour améliorer les conditions d’habitation dans les quelque 1 875 logements gérés par l’organisme Habitat Métis du Nord. Près de 4,9 M$ ont été investis en rénovation en 2015 et quelque 4,8 M$ le seront en 2016.

La SHQ intervient également auprès de communautés hors réserve comme celles de Maigan Agik et de Kitcisakik, qui ne relèvent pas de la responsabilité constitutionnelle du gouvernement fédéral. Ces deux communautés se trouvent dans la réserve faunique de La Vérendrye et comptent parmi les communautés autochtones les plus démunies au Québec. Leurs membres vivent dans des maisons rudimentaires, souvent surpeuplées, sans eau courante, sans toilette, sans électricité et présentant divers problèmes : toiture qui coule, poêle à bois dangereux et murs, planchers et plafonds mal isolés.

Dans le respect de sa mission et par l’entremise de différents programmes, la SHQ octroie plusieurs types d’aide afin de financer les réparations nécessaires et d’améliorer le niveau de vie de ces communautés.